Huchon, Solidays as a VIP

Ce week-end j’ai pu participer aux Solidays comme VIP, grace à une invitation du sympathique JB.Roger. Il était prévu de rencontrer Jean-Paul Huchon président de la région Ile de France. Voici un petit compte rendu, vous allez voir le personnage est assez surprenant.

(more…)

le document Nautilus

Voici ce que j’ai trouvé sur le site Web de Jeune Afrique, et cité dans mon billet Karachigate, on nous prend pour des cons. C’est le verbatim de la fameuse note “Nautilus” qui détaille une version différente de la piste Al-Qaida.

Bonne lecture !

Nautilus

Après de nombreux contacts, tant en Europe qu’au Pakistan, nous parvenons à la conclusion que l’attentat de Karachi du 8 mai 2002 a été réalisé grâce à des complicités au sein de l’armée et au sein des bureaux de soutien aux guérillas islamistes de l’ISI (1).
Les personnalités militaires ayant instrumentalisé le groupe islamiste qui a mené à bien l’action poursuivaient un but financier. Il s’agissait d’obtenir le versement de commissions non honorées, et promises par le réseau El Assir lors de la signature du contrat de septembre 1994.
L’annulation de ces commissions avait été décrétée en 1995, à la suite de l’alternance politique en France, et visait à assécher les réseaux de financement occultes de l’Association pour la Réforme d’Édouard Balladur. Le financement singulier de l’acquisition de ces sous¬-marins par le Pakistan, grâce à un portage ordonné par la famille royale saoudienne, a longtemps laissé supposer un arrangement amiable sur le non-paiement de ces commissions. Les liens entre le président Français et les dirigeants saoudiens le permettaient théoriquement.
Cependant, la décision du 12 janvier 2002 du président Pervez Musharraf de stopper le financement des guérillas islamistes au Pakistan a rompu cet équilibre, localement, conduisant plusieurs chefs militaires à choisir un mode d’opposition fondée sur la violence

1. Intermédiaires opérationnels dans le contrat tour la vente de 3 Agosta 90B à l’état pakistanais.

(1).  Inter Services Inteligence, services spéciaux pakistanais.

Pour la DCN, la phase amont du contrat (été 1993) a été assurée par la SOFMA, la SOFRESA et la SOFREMI. Lors des premières approches, elles ont été épaulées par l’Office général de l’Air qui venait alors de finaliser un contrat pour le compte de Dassault. Plusieurs chefs militaires pakistanais ont été reçus à Paris et à Cherbourg. Ils étaient accompagnés par Hermine de Clermont Tonnerre, qui prenait en charge leur confort sur le territoire français.

DCN International, créée pour la circonstance, a pris le relais quelques mois plus tard, par l’entremise notamment d’Edwige Avice. Ces démarches ont progressivement permis à la DCN de convaincre le chef d’état-major de la marine pakistanaise, Mansurul Haq, lequel a demandé le versement d’une commission pour ce contrat, organisé par le biais d’une banque Suisse.
Au sein du management de la DCN, Emmanuel Aris a supervisé l’essentiel des opérations qui ont conduit à la signature du contrat le 21 septembre 1994. La gestion des éléments financiers a été confiée à la société bancaire Financière de Brienne.

1.2. L’intervention de l’Arabie Saoudite, qui a subventionné l’essentiel du contrat, explique la présence, à divers stades des négociations, de l’intermédiaire Cheikh Ali Bin Mussahalam, ancien grand chambellan du roi Fahd.

1.3. Pour Thomson CSF, les négociations ont débuté au début de l’année 1994 et portaient sur la vente du matériel électronique embarqué à bord des sous-marins. Sur les conseils de Samir Traboulsi et de Ziad Takie Eddin (actuellement actionnaire de Gemplus, connu pour son rôle dans l’affaire Isola 2000, et ami de Francine Gomez), la présidence du groupe a choisi l’homme d’affaires libanais Abdul Rahman EI-Assir (gendre d’Aman Kashogi) pour mener à bien les négociations sur ce volet du contrat. Aux yeux de l’industriel, El-Assir possédait alors deux avantages. C’était un ami d’Azi Ali Zardari le mari du Premier Ministre Benazir Bhutto, lequel incarnait la clé des contrats de la puissance publique au Pakistan.
Par ailleurs, El-Assir intervenait déjà dans le contrat Sawari 2 avec l’Arabie Saoudite et avait préparé une partie du système de financement de la campagne balladurienne, garantissant au projet pakistanais un soutien du gouvernement de l’époque. Il avait pour adjoint un homme d’affaires égyptien, Ali Hagag.

1.4. Pour Aérospatiale, il semble que sa direction commerciale a joué un rôle moins actif. La vente de missiles SM 39, dans le cadre de la cession des sous-marins Agosta, intervenait à la suite de plusieurs contrats sur place – en particulier pour des hélicoptères. Il s’avère – en l’état actuel des données – qu’à l’époque l’industriel n’a pas développé de réseaux spécifiques pour cette opération.

2. Les systèmes de rétribution occultes mis en œuvre et leurs évolutions

2.1. Au Pakistan, Abdul Rahman El Assir a planifié l’enrichissement du clan Bhutto, au terme d’un accord entre les époux. Abdul Rahman El Assir a acheté à son tour l’aval du chef d’état major de la marine, Mansurul Haq, comme l’ont montré les récentes investigations lancées contre lui à Islamabad (interpellé en 1997 aux Etats-Unis puis extradé vers le Pakistan). Cependant, il ne s’agissait pas d’un simple acte d’enrichissement personnel. Le général Haq se servait de ce type de contrat d’armement pour dégager des crédits afin de financer les guérillas islamistes du Cachemire et de la Zone Tribale, comme l’ont fait la plupart des officiers supérieurs intervenant sur les achats de matériels (ces informations nous ont été confirmées par plusieurs enquêteurs des Nations Unis travaillant au Pakistan et en Afghanistan). Le général Haq a, en particulier, utilisé ce contrat pour libérer des fonds pour le bureau des affaires afghanes de l’ISI que dirigeait le général Aziz Kahn. Ce bureau a été en particulier à l’origine du recrutement à Londres, par le poste de l’ambassade, du chef islamiste Cheikh Omar Saeed (information confirmée par un cadre du Foreign Office qui cite un rapport du MI 6). Ce leader religieux est considéré comme un défenseur de la cause islamiste à la solde des militaires et de l’ISI, trahi par la décision de Pervez Musharraf du 12 janvier 2002 qui stoppe le financement et l’appui des mouvements radicaux. L’attentat de Karachi a été perpétré deux jours avant l’ouverture du procès d’Omar Saeed.

2.1. En France, le réseau EI-Assir a eu pour principale fonction d’assurer le financement de la campagne d’Edouard Balladur (c’est Renaud Donnedieu de Vabres qui a présenté Abdul Raham El-Assir à Emmanuel Aris). Après l’échec de sa candidature, au printemps 1995, ce financement devait être transféré à l’Association pour la réforme, située 40 rue Pierre Qui Roule  à Paris, destinée à poursuivre le mouvement initié par les balladuriens. Les valises d’argent étaient déposées à la boutique Gode à double tête, située au rez-de-chaussée du 40 rue Pierre Qui Roule, avant de monter dans les étages (boutique tenue par la veuve de Robert Exploiteur de misère, marchant d’armes libanais).

2.3. En septembre 1995, le président de la République a ordonné de cesser toute rémunération du réseau EI-Assir. Charles Millon, ministre de la Défense, conserve trace d’une visite de l’homme d’affaires proche de l’Elysée, Patrick Maugein(2), venu pour régler la succession du réseau El-Assir (Patrick Maugein, cf. affaire de la BRGM. Famille Maugein : l’un des leaders sur le marché des accordéons basé à Tulle; important contributeur des campagnes politiques en Corrèze dans les années 70 et 80).

(2)  Cf. nos notes des 17 et 28 octobre 1999 (ci-jointes)

La prise en main par Patrick Maugein a été effective courant 1996, et a abouti à cesser les versements aux balladuriens et aux islamistes de l’ISI. Ce revirement a eu pour c

onséquence, à plusieurs reprises, l’envoi de messages menaçants à des fonctionnaires français, et émanant de ressortissants libanais.

3. Eléments d’analyse sur l’attentat du 8 mai 2002

Cet attentat suit plusieurs avertissements adressés localement au personnel diplomatique en charge de l’armement. Il s’agit notamment d’une bombe placée sous le véhicule de l’épouse d’un fonctionnaire, au mois de février 2002, sans que le détonateur ait été préalablement actionné.

L’enlèvement de Daniel Pearle, compte tenu de ses liens familiaux (sa femme est française et travaille pour RFI) et au regard des premiers textes de revendications (il est demandé aux occidentaux d’honorer leurs engagements sur des marchés d’armements, un texte cite le contrat des F l6 gelé par le département d’Etat) aurait pu également constituer un autre avertissement (recherche en cours).

L’attentat lui-même se distingue des autres actions – plus artisanales – entreprises contre des ressortissants occidentaux, notamment dans des lieux de culte. En effet, la déflagration du bus conduisant les agents de la DCN est le résultat d’une planification militaire. Nous avons pu confirmer, par des sources judiciaires et diplomatiques locales, que les dégâts occasionnés résultent du placement d’une mine magnétique sur le bus, à l’endroit précis où la camionnette contenant des explosifs s’est collée au bus. Ce modus operandi plaide pour une participation des correspondants du bureau Afghan de l’ISI. Ce dernier, lâché par le pouvoir politique depuis janvier 2002, recherche ses propres modes de financement et a entrepris de reprendre les « dossiers impayés ».
Pour exécuter l’action, il a pu sans difficulté manipuler des partisans d’Omar Saeed, au moment où s’ouvrait son procès.

Une affaire à suivre!

Karachigate: On nous prend pour des cons

Un affaire étrange commence a faire du bruit. On y trouve des histoires de vente d’armes au Pakistan, d’attentat au Pakistan. Et une punition pour non paiement de commissions, tout ça aurait été signé avant 1995. Autant dire, il y a plus de 14 ans. Est une fable comme celles de La Fontaine?  Ou bien une affaire de dimension exceptionnelle ? En effet il y a eu mort d’homme, corruption. Et les noms de Jacques Chirac, Edouard Balladur et Nicolas Sarkozy sont liés.

(more…)

Référendum

On se souvient que les traitres ayant voté la constitution modifiée pour Sarkozy, nous ont clamé que celle-ci contenait des avancées démocratiques. On cite souvent le cas du référendum d’initiative populaire. Problème celui-ci n’existe toujours pas dans la pratique. Et ce n’est pas la seule “avancée” qui soit en retard.

(more…)

l'UMP fantasme sur l'endettement

Tout ceux qui se penchent sur le problème de la crise des subprimes savent que celle-ci est née d’une orgie d’endettement aux USA, avec règles dévoyées et taux d’endettement privée en hausse.Le candidat sarkozy avait proposé des crédits hypothécaires rechargeables, et voici que l’UMP fait la promotion de l’endettement privé dans un rapport du Sénat presque passé inaperçu, mais vous allez voir qu’il contient quelques perles.

(more…)