la COP21 c’est un truc écolo, qui concerne 195 pays dans le monde: c’est donc consensuel et pas uniquement franco-français. J’ai répondu à l’invitation de l’Elysée d’aller à ce lancement.  Et je n’étais pas tout seul.

Nous voilà dans la grande salle des fêtes de l’Elysée : 40 gardes du corps dans tous les coins. Forcément, un président, un premier ministre, des ministres, des ambassadeurs, des gens de tous les coins. Ca fait du monde.

 

Fait étonnant, c’est Valls qui introduit la chose, alors que nous sommes dans le palais du président. Il le dit lui même, ça le surprend. Son discours largement prévisible se résume en convaincre 195 pays, “les engager tous” et il explique que “notre voix porte dans le monde” . Sont annoncés 100 Milliards d’euros par an à partir de  2020: Cet engagement, formulé lors de la conférence sur le climat de Copenhague en 2009, doit permettre aux pays en développement de lutter contre le dérèglement climatique tout en favorisant un développement durable et juste. Ce sont les pays riches qui financent bien sûr.

Là vous comprenez ce que ça veut dire : aider les pays pauvres à s’en sortir, ne plus installer de centrales au charbon. C’est un peu raté, vu que le Sénégal par exemple, en installe de nouvelles pour répondre aux besoins croissants en électricité. La France a décidé , ça a été annoncé par Valls que les credit à exportation sur les centrales au charbon sans stockage du CO2 sont supprimés. Certains (le PG par exemple) disent que ce n’est pas assez qu’il faut interdire l’export de ces choses par ce que le stockage du CO2 ça ne marche pas: “procédés peu au point et fort discutables”. Je ne suis pas expert dans cette chose, mais il en existe déjà en Allemagne, et en Angleterre de ces centrales a captation du CO2. France-Infos à expliqué que 1000 centrales au charbon étaient en projet dans 60 pays dans le monde.

Je suppose qu’on va parler de tout ça à la COP21 : que les pays émergeants qui ont besoin d’électricité et du charbon chez eux …avec parfois beaucoup de soleil, de vent aussi ou pas du tout, et cette énergie n’est pas stockable facilement à une échelle suffisante : là aussi on peut parler de procédés peu au point et forts discutables non ? Tout ça est compliqué et ne réglera pas en un communiqué de presse rageux. Par contre en 2 semaines de débats ?

La Cop21 va se passer dans le 9-3 au Bourget; là où le RER passe. Il est prévu d’accueillir 20 000 délégués de 195 pays. Et pour s’occuper de tout ça, 3000 personnes seront affectées à la logistique. Les délégués seront priés de prendre le RER. Il faudra fournir 45000 repas par jour. Tout ça va demander aussi de l’accueil, ce qui sera fait par “600 jeunes sous contrat“, il en reste 400 à recruter. On découvre hélas que ce job est un stage “pas rémunéré. Toutefois, les repas et les transports seront pris en charge.” C ‘est vraiment n’importe quoi.

Viennent des discours de ministre : Fabius enfonce des portes ouvertes. Tandis que Ségolène Royal habillée à la mode des années 70 cite des scientifiques qui lancent des cris d’alarme. Nous en en sommes à la 6e extinction d’espèces, les forets sont en recul alors qu’elle produise l’oxygène indispensable et captent du CO2, le climat devient bordélique (si ce n’est pas en italique ce n’est pas une citation ,vous avez compris?), la pollution enfle. Elle dénonce le risque de catastrophe sanitaire, elle se moque des climatosceptiques ces trolls si prompt à nier tout.

Un chercheur explique que là où on pêche à outrance les poissons en surface..on découvre qu’il y a moins de phytoplancton en dessous, et donc moins de fixation du CO2 par l’océan. Ces mécanismes sont connus depuis peu et s’ajoutent à d’autres déjà connus. L’océan devient donc moins nourrissant pour les poissons, et en plus il fixe moins de CO2 : double malheur.

Fabius explique qu’il faut “dégager de nouveaux moyens financiers“. On ne peut que lui suggérer d’aller voir la BCE : une relance écologique est possible via la BCE et ce sans rédiger de nouveaux traités ou renverser une table de négociations. Que ce soit lui ou Ségolène Royal, les voilà qui font la promotion de Véolia ou de Engie (ex GDF SUEZ) à coup de namedroping de noms de PDG. Les socialistes faisant la promotion des multinationales. Le plus drôle est de voir Ségolène nous expliquer que la BPI (Banque publique d’investissement, sous dotée en capital) consacre la moitié du fonds stratégique de 12 milliards à aider des entreprises innovantes. Je pense que les salariés de Nexcis, filiale abandonnée d’EDF qui à inventé du photovoltaïque innovant, ont du entendre ça avec un drôle de gout.  Il leur manque quelques millions pour tenir, et bien sûr on pleurera dans quelques années que les chinois sont encore là ou que les allemands font mieux que nous… Misère intellectuelle.

Plus direct, Victorin Lurel s’adresse directement à Gerard Mestrallet (ENGIE, ex GDF-Suez) et lui demande de s’entendre avec lui, par ce qu’il faut faire de la géothermie profonde dans son ile, la Guadeloupe pour éviter de dépendre du pétrole pour la fourniture d’électricité. On nageait presque dans l’obscénité, mais ce n’est pas fini.  Pour faire moderne, un jeune PDG de Startup (Qivivo) intervient, il commence par expliquer pendant 3 longues minutes qu’il veut se vendre au plus offrant, alpaguant lui aussi Mestralet .. avant d’expliquer ce qu’il produisait. L’obscénité du moment n’a pas choqué Michel Chevalet d’Itele qui en était à sa 3e sieste matinale.

On nous présente le clip de la COP21 avec Cerrone qui veut s’investir, avec d’autres artistes pour faire comprendre l’urgence des choses aux citoyens de partout dans le monde. Ce n’est pas anecdotique  du tout , c’est essentiel : plus la société civile va s’investir, plus la pression sur les politiques ici chez nous ou ailleurs, sera forte. Et c’est essentiel.Il est donc prévu un concert gratuit le 5 décembre, sans espace VIP. Pour les jeunes et autres, Marc Cerrone c’est celui qui a fait ça, oui, ça date de 1977 mais c’est encore joué partout (en dira t’on pareil des One D dans 20 ans par exemple, j’en doute)

Puis est venu le discours de Hollande... Michel Chevalet dormait toujours.

Il tacle les climatosceptiques et à bien raison sur ce point :

Le progrès, c’est que la prise de conscience, elle, a considérablement avancé. Le 5ème rapport du GIEC qui est paru il y a un an a sérieusement rétréci le champ des climato-sceptiques et réduit leurs arguments à néant. On en trouvera bien toujours un qui nous dira que ce n’est pas vrai, mais il sera bientôt tout seul. 

il propose de revoir régulièrement les objectifs, de les évaluer, re-évaluer. Certains y voient déjà un aveu d’échec, moi je suis plus dubitatif sur les avis fermes et définitifs, on parle là d’agir sur les choses et de changer les mentalités. On le vérifie chez nous, dès lors qu’on parle de pollution : le NIMBY (not in my backyard) des anglo-saxons se décline ici par le “c’est pas nous” de toutes sortes de lobbies.

Par contre, le même Hollande, qui n’a jamais dit que la finance “son ennemi” serait l’objet d’un combat… nous parle désormais de la gentille finance :

Et puis il y a un autre indice, c’est la finance. Quand la finance commence déjà à intégrer dans ses normes, dans ses critères, les enjeux climatiques, je ne dis pas qu’il y a de l’espoir, mais il y a la prise en compte de ce qu’est la réalité et à cet égard les choix d’investissement. Nous avons fait de nombreuses réunions avec les acteurs économiques sur les choix d’investissements d’aujourd’hui. Dans les agences de notations qui essaient de les hiérarchiser, le critère environnemental, le critère climatique est désormais pris en compte.

Il fait même la promotion de la taxe sur les transactions financières …

Parmi ces innovations financières, la taxe sur les transactions financières que les pays européens préparent. La France, de nouveau, sera à l’initiative pour que cette taxe puisse être prête le moment venu.

Sauf que c’est la même France qui retarde l’application et le champ d’application de cette même taxe. le chose devait être prête au 1er Janvier 2016, il n’en est rien. C’est même Moscivici qui vient de l’avouer. le “moment venu” de Hollande est donc une aimable plaisanterie.  On nous parle désormais de 2017. et la France n’est pas la seule à ralentir le processus, le gouvernement belge est lui aussi accusé de le faire: On se demande encore quel type de produit dérivé doit être taxé à 0.01%, et certains veulent que les assurances-vies en soient exclues..  on voit les banques à l’oeuvre, funestes lobbies.

Si Hollande veut des innovations financières, moi je lui propose de reprendre la proposition de Nouvelle Donne en 2014. Il me semble même que Michel Rocard était allé lui proposer. On peut très bien financer le fond “vert” dans sa partie Européenne avec la BCE, des banques publiques et ce à faible taux et sans enrichir l’inutile et nuisible caste fianciariste et sans produire de dette. On parle bien là de sauver la planète non ? Hollande aura-t-il ce courage ? gros doute quand on a vu ce qu’est devenu l’écotaxe.

Globalement quand même, j’ai l’impression que Hollande écoute plus les chercheurs et témoins du bordel climatique que ne le faisait Sarkozy. Peut-être aussi que le bruit plus important de ces experts, ou les images d’ours polaire faméliques font qu’ils sont plus entendus par certains politiques.

Mais encore une fois on nous dit que c’est l’urgence, que si on ne fait rien des pauvres dans des pays menacés vont payer de leur vie. Tout ça mérite donc qu’on s’y intéresse, qu’on écoute des témoins comme la navigatrice Catherine Chabaud qui exprime en mot simples (et nombreux) et percutants ce qu’elle a observé au fil de ses voyages. Ces gens là sont plus efficaces que de froids technocrates ou vieux schnoks comme Attali et autres.

Voilà un sujet à suivre. Et comme il faut nourrir les trolls ou les adeptes de distribution de brevet de “vraie gauche” ou les amis des Cricetidae voici une photo.

COP21_hollande_jardin

 

Je remercie les gens qui m’ont invité, ils se reconnaitront.