Le Manuel de TINA …

Mar 30, 13 Le Manuel de TINA …

TINA, c’est “There is no alternative“, ce mot d’ordre de Thatcher est repris par divers politiques de droite et hélas de gauche de manière voisine semblable à ce genre de phrases : les réformes doivent être faites, tout le monde les a fait, on ne peut plus reculer.

On peut aussi parler du TINA inversé chez certains militants qui se disent détenteurs de la seule alternative possible. Mais ceci est un autre débat.

TINA c’est donc un mot pour qualifier cette mondialisation d’inspiration libérale  et les processus qui sont associés. On parle donc de réformes , ou réformes structurelles … pour adapter les nations à ce qui est présenté comme le bien pour eux. La base de tout ça est : privatisation, le marché est mieux que tout, réduire les impôts des riches par ce que ça ruisselle sur les pauvres, chômeurs trop payés, fonctionnaires bons à rien.. Vous connaissez la musique en fait.

En fait ces réformes structurelles ont une source: la banque Mondiale et l’OCDE assistées du FMI. Tout ça sous la coupe du consensus de Washington.

Thatcher ThanksJ’ai donc (ça date de 2009 hein..)  trouvé un document PDF qui date de 1996, un vrai manuel pour TINA publié par l’OCDE. L’OCDE l’organisme qui publie des avis, des documents que des membres de cabinets ministériels prennent pour argent comptant. Que la droite soit au pouvoir ou que la gauche molle y soit. Ce sont des “experts“.

Dans le manuel de Tina, on trouve des choses très intéressantes, le tout est stupéfiant. Ce rapport explique en 1996 comment appliquer les réformes ici “politiques d’ajustements” à des pays en voie de développement.  Certains passages s’appliquent spécifiquement à eux, comme par exemple les passages sur la fin des droits de douane et de monopoles sur certains produits. On notera que le discours contre les droits de douane est revenu dans le débat… suite à l’apparition de débat sur la démondialisation.

Malheureusement, il semble que ces conseils vieux de 17 ans, concernent aussi les pays développés, et que certains les appliquent comme programme. Jugez en par ces extraits.

Tina: pas de pitié, tous les coups sont permis contre l’opposition qu’on accuse forcément d’etre responsable, ils n”ont pas fait les réformes. Cela peut être clamé par des zozos qui participaient à un gouvernement RPR devenu depuis UMP et qui avaient par exemple explosé les compteurs de dettes.

Ainsi, pour tout gouvernement, l’ajustement n’est pas seulement (comme pour une organisation internationale) une opération économique et financière délicate sur le plan technique, c’est aussi un combat politique à livrer en position de faiblesse, où tous les coups sont permis (l’opposition peut critiquer avec acharnement les mesures dont elle est en réalité la responsable par la politique laxiste qu’elle a menée auparavant), parce que le premier objectif pour certains partis politiques n’est pas le rétablissement de l’économie, mais la conquête du pouvoir, au moment même où celui-ci est fragilisé.

On peut noter perfidement que la gauche de gouvernement peut dénoncer la droite qui dénonce par exemple cette même gauche de gouvernement qui a commencé à baisser les impôts des plus riches. Respectant en cela le mythe de la théorie du ruissellement.

Autre élément du TINA :  Les vilains syndicats rebaptisés corporatismes, que ce soit des salariés, ou des magistrats: On doit les affaiblir par ce que ce sont des obstacles à TINA.

L’autre obstacle tient au corporatisme. Plus il existe des groupes d’intérêt puissants et bien organisés, plus la marge de manœuvre du gouvernement est réduite. Celui-ci sera incapable d’appliquer des mesures indispensables, même s’il dispose d’une majorité parlementaire dans un régime démocratique et veut ajuster avant la crise financière. L’histoire récente de pays développés comme la France et l’Italie montre d’ailleurs que les PED n’ont pas le monopole des corporatismes. Ce problème se pose surtout dans les entreprises parapubliques, auxquelles, souvent, le gouvernement veut supprimer les subventions afin de réduire le déficit budgétaire. Cette coupure entraîne inévitablement des baisses de salaire et parfois des licenciements. Si ces entreprises appartiennent à des secteurs clés (énergie, transports ou mines, lorsque les exportations minières sont la première source de devises) et si les salariés de ces entreprises sont bien organisés, ils peuvent s’opposer efficacement à la décision du gouvernement. Ce qui importe en l’occurrence n’est pas le nombre, puisque des groupes même minoritaires au sein de l’entreprise peuvent arrêter complètement son activité dès lors qu’ils contrôlent des secteurs stratégiques. Ainsi, toute politique qui affaiblirait ces corporatismes serait souhaitable : d’un point de vue économique, cela éliminerait des entraves à la croissance et, politiquement, le gouvernement gagnerait une liberté d’action qui peut lui être précieuse en période d’ajustement. On objectera que cette politique soulèvera des résistances, mais il vaut mieux que le gouvernement livre ce combat dans une conjoncture économique satisfaisante, qu’en cas de crise, lorsqu’il est affaibli. Cette politique peut prendre diverses formes : garantie d’un service minimum, formation d’un personnel qualifié complémentaire, privatisation ou division en plusieurs entreprises concurrentes, lorsque cela est possible.

Ca vous rappelle des choses? le service minimum pour qu’une grève ça ne se voit plus.  Et l’autre mythe, les syndicats sont des ennemis de la croissance, de l’activité économique… celle-ci ne peut donc venir que d’une élite : c’est ce type de discours qui révèle un autre problème : le remplacement de la démocratie par une ploutocratie de plus en plus évidente.

 

Autre sujet toujours d’actualité , l’école et l’université. Ca se passe de commentaires, tellement le coté odieux et cynique de l’extrait suffit à comprendre que l’objectif de ces cons est la réduction de la qualité de l’enseignement financé par l’argent public. Donc l’enseignement public. Lisez ce qui suit :

Pour réduire le déficit budgétaire, une réduction très importante des investissements publics ou une diminution des dépenses de fonctionnement ne comportent pas de risque politique. Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles ou aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement et l’école peut progressivement et ponctuellement obtenir une contribution des familles, ou supprimer telle activité. Cela se fait au coup par coup, dans une école mais non dans l’établissement voisin, de telle sorte que l’on évite un mécontentement général de la population.

Voici le grand principe pour la RGPP de droite ou de gauche, des privatisations rampantes pour lobbies et amis des diners en ville : maintenir le guichet et ses horaires, mais réduire le personnel derrière..

Les élections, qu’on doit regrouper pour mieux réformer… Ca ne vous semble pas être le cas chez nous, avec aussi des réformes pour “ajuster” le mode de scrutin. Et où en est-on pour la dose de proportionnelle promise par Sarkozy? et par Hollande ? et les référendums d’initiative populaire…

Des réformes, comme celles sur la longueur des mandats, le mode de soutien, le référendum ou le droit de grève, peuvent faciliter l’ajustement. La longueur des mandats est une variable importante, parce que l’ajustement est caractérisé par des effets négatifs à court terme et positifs à moyen ou long terme. Si les mandats du parlement ou de l’exécutif sont trop courts, l’application de programmes de stabilisation sera rendue très difficile, puisque l’échéance électorale arrivera avant l’heure des bénéfices de l’ajustement. Il importe donc que les mandats durent au moins cinq ans, étant entendu que le nouveau gouvernement utilise les premiers mois — la période où la résistance au statu quo est la plus faible — pour prendre les mesures impopulaires. De plus, il faut veiller au regroupement des élections, afin de ne pas transformer une série de scrutins en une suite de référendums sur l’ajustement.

On le voit les élections c’est un obstacle au TINA : si possible faire voter les gens une seule fois et ensuite leur dire de circuler, y’a rien à voir.  Et dès le premier mois du mandat, appliquer les reformes.. “la rupture” .

Démocratie avancée selon l’OCDE et TINA : Zapper les partis politique le plus possible, pour n’en garder que 3 ou 4 et s’attaquer aux vilains juges qui pourraient bloquer des réformes ou des amis corrompus. Conserver l’initiative du référendum au pouvoir, pour éviter que les vilains citoyens ne l’utilisent pour bloquer une réforme ( on a rajouté un délai d’un an chez nous: Où en est cette réforme?)

Pour qu’un gouvernement ait la marge de manœuvre nécessaire pour ajuster, il doit être soutenu par un ou deux grands partis majoritaires et non par une coalition de petits partis, ce qui conduit à préférer le scrutin uninominal au scrutin proportionnel pour l’élection du parlement (ou pour le moins à conseiller une combinaison des deux modes de scrutin). D’autres moyens permettent de renforcer l’exécutif, comme la possibilité de pouvoirs spéciaux temporaires ou un  contrôle ex post par le pouvoir judiciaire, afin d’éviter que des juges puissent bloquer ex-ante l’application du programme. Le référendum peut être une arme efficace pour un gouvernement dès lors qu’il en a seul l’initiative. En effet, les groupes d’intérêt qui s’opposent à des mesures d’ajustement défendent souvent des intérêts particuliers et minoritaires sous le voile de l’intérêt général. Le recours au référendum pour faire approuver une mesure précise permet au gouvernement d’expliquer sa politique et de disloquer une coalition d’opposants.

le PDF complet :

 

OCDE_1919068 by dagrouik

 

 

Terrifiant non ? Mais tellement vrai…. et constant , ça fait peur. Tout cela était visible dans le plan de Sarkozy et en fait de l’UMP depuis 2002. Mais qu’en est il depuis ?

N’oubliez pas : TINA is a bitch, vive TATA : there are thousands of alternatives. Il y’a des milliers d’alternative, à commencer par penser par soi-même sans faire forcément confiance à des experts comme celui qui a signé ce PDF de l’OCDE… tout en étant à l”époque responsable du DEA “Économie internationale, Économie du développement” à l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne.

Tout se tient, tout se tient.

 


3 Comments

  1. shaher /

    Deux derniers billets impressionnants. Bravo.
    Qu’en est-il depuis ? Les ajustements continuent (ANI, retraites, MAP…) et les ajustements déjà initiés par Sarkozy ne sont pas remis en cause (retraites, RGPP dont effectifs EN, mise en concurrence…). Selon les procès d’intention qu’on est réduits à faire, certains diront qu’on est piégés dans un rapport de force européen et gnagnagna, d’autres que cette politique est assumée avec un degré variable de salopardise (présent !). Qu’importent ces querelles pitoyables : concrètement, çà continue.

    Que faire ? Commencer par partager ce texte. Foutre des gnons à ceux qui appliquent çà (qu’importe leurs motivations, en plus çà soulage).
    Au delà :
    Se servir des outils nouvellement “admis” par la troïka (contrôle des capitaux, restructurations arbitraires, viols de traités unilatéraux), au moins pour initier un rapport de force à grand coup de dissuasion nucléaire ? (l’exécutif n’en a pas le début de l’idée et emmerde ceux qui lui proposent).
    Alliance du Sud de l’UE humilié ? (idem).
    Alliance de partis de résistance ? (on fait ce qu’on peut, mais …héhé… demande au troll blachier. Quels relais de masse ?).

    Présentement, j’en suis réduit à des pensées que la loi réprouve… (haha ! demande à mon héroïsme de limace)

  2. Tout a été écrit noir sur blanc… et seuls les aveugles, les sourds et les socialistes obtus ne veulent pas le savoir.

    J’avais évoqué ce document à propos de l’UE pour relayer un article qui avançait l’idée selon laquelle l’Europe subit une politique d’ajustement structurel après les continents africains et sud-américains…

    http://www.despasperdus.com/index.php?post/2011/06/21/l-UE-du-trait%C3%A9-de-lisbonne-pr%C3%A9pare-la-tiers-mondialisation-de-l-europe

  3. @DDP : en fait je n’ai fait que reprendre un billet de 2009, et remplacer “UMP” par “divers politiques de droite et hélas de gauche” dans le début , et rajouté un peu de texte au milieu.
    Billet de Janvier 2009 pour comparer : http://politeeks.info/?p=1592

    La preuve donc que ces éléments de langage infusent dans la gauche de gouvernement.

    @Shaher : Romain Blachier n’est pas un troll.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Pontenier JC (@JCPontenier) - RT @politeeks: Le Manuel de TINA ... (commentaires sur blog ) http://t.co/NYPYf644EY via @politeeks
  2. Louise de Lannoy (@LoudL) - "Le référendum peut être une arme efficace pour un gouvernement dès lors qu’il en a SEUL l’initiative" http://t.co/nHVZEm7dSJ
  3. Toyan (@Toyan66) - Mmm les recommandations sympas de l'OCDE ont bien été appliquées... RT @Melclalex chez @politeeks - Le Manuel de TINA http://t.co/yn4vsWtjOe
  4. Elooooody avec 5 O (@Elooooody) - Le Manuel de TINA ... http://t.co/cTqKGK1Pqb via @politeeks TINA pour les nuls (comme moi): TINA is a bitch, vive TATA!
  5. Fred Camino (@elc95) - Politeeks » Le Manuel de TINA … http://t.co/d3l7nW5i1a
  6. Ckiki (@simonepaquis) - Le Manuel de TINA ... http://t.co/3LriFOqC87 via @politeeks
  7. @boursicotueur - RT @DionJack2: Le Manuel de TINA ... (commentaires sur blog ) http://t.co/qDEw3DGydQ via @politeeks
  8. Louise de Lannoy (@LoudL) - RT @DionJack2: Le Manuel de TINA ... (commentaires sur blog ) http://t.co/qDEw3DGydQ via @politeeks