Montebourg : il manque un zéro…

L’autre jour j’étais invité à la présentation de la  feuille de route du redressement économique de la FRANCE à Bercy, chez Arnaud Montebourg. Etant relativement poli, quand on m’invite je me déplace. Arrivé sur place, 600 personnes étaient là. Et j’apprécie Montebourg, objet politique qui fait l’objet d’attention de ma part (avec d’autres).

Il avait donc invité me dit-on “Lobbys, entreprises, syndicats, patronats, administration, autorités telles que autorité de la concurrence...” et quelques pauvres blogueurs, twittos et autres, ainsi que des journalistes de presse d’ici et d’ailleurs.  Il a fallu faire la queue dehors pour attendre, ce qui m’a valu moquerie de certains abonnés à Valeurs Actuelles, ou alors plus tard réponses ce certains trolls officiels. A noter que pendant que je faisait la queue pour rentrer, j’entendais derrière moi une blonde parler de paradis fiscal pour ses clients avec ce qui semblait être des collègue à elle, elle en avait logé quelques uns la bas…

Montebourg est un obsédé de la croissance, donc ça me gène un peu: il pense à tort qu’on doit pouvoir revenir à 3 ou 4% de croissance du PIB et que cela va donc re-créer de l’emploi. Je ne vais jouer au Larrouturou et vous montrer des courbes sur ce sujet, , mais en voici une , justement

change in manufacturing France 2008-2014.

Et ça, c’est l’illustration du problème de Montebourg.

Dès le début de son propos, il rappelle que depuis 2 ans, l’état a pris 3000 participations dans des entreprises en difficultés ou innovantes. Des participations via la BPI et autres outils dans ce genre. Cela illustre donc un certain retour à de l’interventionnisme et une forme de volontarisme dans les faits (avec lui c’est aussi dans la forme). On ne peut donc pas voir cela comme du néo-libéralisme. Je met ça exprès pour mes amis de la Vrrrauche toujours prompt a qualifier les choses. Je les invite à lire “what is neo-liberalismici en anglais) . Dans la chose soc-lib du gouvernement, Montebourg c’est la partie “soc”, interventionniste. Ca se voit facilement, ses sorties (parfois exagérées) font bondir les trolls liberaterés dans Twitter (beaucoup de ceux-ci  travaillent dans la finance comme c’est drôle..)

dès le début, le ministre nous annonce que son ennemi est le conformisme. Il va nous dire abusivement que l’UE  à “raté sa sortie de crise” . Là il se trompe, nous y sommes encore, la sortie est loin. Il explique que tout ça est un problème de pouvoir d’achat, donc de demande.. et habilement explique que l’offre et la demande sont liées. Il cite des victimes de cette crise, les classes moyennes qui se paupérisent et avec qui la gauche doit renouer:  Ce sont ces cadres en fin de droit qui ne trouvent pas de travail à 50 ans, ces ouvriers dans les secteurs manufacturiers condamnés à des emplois précaires en attendant la retraite, ces petits patrons écrasés de prélèvements qui n’arrivent pas à faire vivre leur famille de leur travail, ces techniciens inquiétés par la révolution numérique qui se demandent comment ils vont financer leur reconversion, ces territoires désindustrialisés qui cherchent désespérément à rebondir.

 Pas un mot sur les pauvres , ils sont oubliés dans son discours et cela me dérange ! Htag #coupdePelle.

Habillement il dénonce “les longues années de désinvolture”, qui commencent pour lui en 2002 année ou le commerce extérieur était en excédent , alors que les baisses d’impôts en mode trickle-down economics, c’est la gauche de Jospin dès 2000.

Pour lui le rapport Gallois est une “révolution intellectuelle et politique”, celle de la compétitivité. “toutes les forces de la nation” (…) “doivent embaucher”

Pour lui l’accord de compétitive chez Renault est un modèle, un phare… Il fait un premier bilan du CICE :

Dans sa dernière note de conjoncture, l’INSEE a enquêté sur les premiers effets du CICE. Une entreprise sur deux déclare l’utiliser d’abord pour investir. Mais elles sont aussi 43 % dans les services et 31 % dans l’industrie à vouloir améliorer leur niveau d’emploi en déclenchant des embauches. Déjà les premiers effets du CICE se font donc sentir sur le taux de marge qui se redresse d’1,3 point sur 1 an. Effort qu’il faut poursuivre.

A première vue et ça personne ne peut le contester le chômage continue d’augmenter. Et il le dit, chose que les editocrates oublient: la compétitivité, ce n’est pas que le coût du travail.

Il glorifie les créateurs d’entreprises : Cette révolution compétitive consacre aussi le créateur d’entreprise, l’entrepreneur comme l’un des piliers de la Nation. L’une des figures auxquelles les Français ont raison de se raccrocher. D’ailleurs notre chance c’est ce fourmillement d’initiatives entrepreneuriales, ce bouillon de culture et de création d’entreprises. C’est certainement pourquoi nous voulons faire de la France une Nation d’entrepreneurs.

Note à la Vrrrauche : bah , oui les créateurs d’entreprises ne sont pas des saloperies de pigeons libertarés ! que ce soit dit une bonne fois pour toute. A Nouvelle Donne j’en ai entendu expliquer par exemple qu’ils ne voulaient pas être représentés par le MEDEF. Et personnellement les emplois que j’ai vu crée sous mes yeux ont été le fait d’entrepreneurs. Cette évidence là aussi me semble utile à rappeler.

Après tout est un problème de représentativité des patronats. Et justement Montebourg en parle, et tacle positivement. Il remercie ceux qui engagés dans la bataille du Made in France qui acceptent des compromis pour obtenir des victoires économiques pour leur entreprise et notre pays. Oui des compromis avec des salariés, et pas forcément contre eux. Donc ça existe, mais on aimerait une liste,des reportages : ces gens là sont à présenter comme modèle comme certains autres

Il tacle aussi plus méchamment le MEDEF qui fait la fine bouche alors qu’on assiste à “un sacrifice historique de 40 milliards”  :

” Ne portez pas des pin’s” (…) “affichez les embauches au portes de vos usines” .

Emporté dans son élan , le voilà qui vante un modèle capitaliste rhénan. Tout ça après avoir dénoncé le conformisme….. La logique de la chose m’échappe un peu : Htag #coupdePelle.

Le ministre est content : Ernst & Young, AT-Kearney, KPMG et autres Mac Kinsey,  lui ont donné le droit de troller !

Nous enrayons la chute entamée en 2010 : + 23 % de projets R&D, + 9% des nouvelles implantations pour le Baromètre Ernst & Young 2014 nous permettant de retrouver notre niveau de 2010, de demeurer la 3e destination européenne et la 1ère destination pour les implantations industrielles. 34% des investisseurs interrogés par E&Y envisagent d’établir ou de développer des activités en France, un chiffre supérieur au Royaume Uni et à l’Allemagne (27%). 18% des investisseurs étrangers non implantés en France envisagent de s’implanter ou d’investir en France soit une hausse de 8 points par rapport à 2013 !

Le voilà tout joyeux: vous avez vu on dépasse les UK, et l’Allemagne. A ce moment là ça manquait d’infographies, ça aurait pu être drôle vu le public très intéressé et captivé (sauf sans doute la blonde du début). Montebourg nous l’explique : le décret de protection des entreprises stratégiques (cf UK, USA, Italie, Allemagne, Chine) est estimé conforme aux traités par la commission européenne.

Il prévient que ce décret de protectionnisme servira encore dans certains secteurs sensibles comme l’eau, la santé, la défense nationale, l’industrie du jeu, les transports, l’énergie et les télécommunications. Voilà donc un interventionnisme certain. Mais attention, ça ne doit pas protéger des actionnaires débiles.

La 2e partie de l’intervention est assez croustillante: Montebourg dénonce la “maladie européenne”, l'”austérité sur-calibrée”, l'”approche comptable de l’Europe” et ose dénoncer “l’absence de rachat de dette publique par la BCE”

Ceci n’est pas forcément ridicule , Hollande essaye de faire un truc avec les soc-dems Européens, mais il se calmera vite fait quand son téléphone sonnera et que les banques lui diront de se calmer, surtout que le bilan est déjà assez grotesque : Ils ont déjà “convenu de continuer à porter la priorité pour la croissance et l’emploi sur la base des avancées déjà obtenues“..

Mais dites moi : Avez vous entendu Hollande dénoncer “l’absence de rachat de dette publique par la BCE” dans les médias récemment ? Non, donc Htag #coupdePelle.

Pourtant Montebourg l’explique : selon une étude (PDF) de Monsieur Jan in’t Veld, économiste en charge du modèle multinational de la Commission Européenne l’austérité  la politique européenne ça nous a couté 4,8% de PIB sur 3 ans dont dont 1,8 liés à l’austérité des autres pays de la zone euro. Et donc des emplois, du pouvoir d’achat. Le même ministre nous explique que la BCE prête désormais à moindre cout :  taux directeurs à 0,15 %, et  la possibilité de débloquer plusieurs centaines milliards d’euros de prêt de la BCE aux banques pour financer le crédit aux entreprises. Tout ç a cause d’un euro fort, dont la dite BCE s’inquiète (mais pas trop), et comme toujours pense d’abord aux banques et pas aux populations.

Mais Montebourg  oublie de le dire : ça passe par des banques privées qui font du profit et qui font la fine bouche, préfèrent financer la spéculation quand elles ne spéculent pas pour elle-mêmes. Et ces banques ont déjà bénéficié deux fois de prêts de cette nature et n’ont pas prêté assez aux entreprises. Et oublie de dire que cette même BCE refuse tout assouplissement du pacte de stabilité.

Le même nous vante le pragmatisme : L’Allemagne nous a donné un bon exemple de ce pragmatisme il y a 10 ans. Il oublie les conséquences sociales de “ces réformes”  donc Htag #coupdePelle. Et juste après le même nous dénonce le conformisme :  Il suffit de lire, d’écouter, d’entendre autre chose que des préjugés, des certitudes, des croyances dans lesquels les cerveaux sont enferrés. Il y a la une logique inversée étonnante, voir un léger foutage de gueule vu les rappels à l’exemple allemand.

Tout ça en dénonçant son unique adversaire : le conformisme.

Montebourg veut rendre 6 milliards de pouvoir d’achat aux Français en s’attaquant aux couts injustifiés de certaines professions régulées: Les huissiers, les greffiers des tribunaux de commerce, les avocats, certaines professions de santé, et beaucoup d’autres secteurs réglementés : auto écoles, prothésistes dentaires dans lesquels une baisse des prix des services est nécessaire.  Un rapport de l’inspection des finances cite 37 professions , il était dans un coffre. Montebourg promet de le publier, ça promet un gros bordel avec corporatismes qui vont se réveiller.

Cela va-t-il concerner les plus pauvres ? Bien sûr que non, ce ne sont pas ceux là qui vont faire appel à des huissiers, avocats , greffiers , prothésistes dentaires .. surtout sur ce dernier point quand ils sacrifient déjà leur frais dentaires. Quand aux autres professions de la liste, ce sont celles qui leur tombe sur le dos fréquemment.  Il serait plus simple de diviser par 2 ou 3 les frais bancaire : un simple décret suffit et non pas une loi d’affichage comme celle voté par cette gauche molle. Htag #coupdePelle.

montebourg_feuille_de_route

Esprit de Roosevelt es-tu là ? je t’invoque….

Moment délicieux du discours :

“l’esprit de Franklin Roosevelt souffle a Bercy” (..)  Le Président Roosevelt avait dit « Essayez quelque chose, et si ça ne marche pas, essayez autre chose ».Nous aussi, nous allons essayer autre chose que l’austérité européenne.

Je ne sais pas qui a glissé ça dans le discours mais c’un grotesque de dimension importante. Une exagération forcenée propre à Montebourg , ça participe à l’intérêt de l’Homme : il force le débat. Il nous explique donc que le gouvernement a entendu l’appel de la confédération syndicale européenne. Tout ceci explique selon lui la demande que Hollande à faite à Bruxelles récemment.

La demande est la suivante, une relance européenne1,5 % du PIB européen mobilisés sous forme d’investissements publics au niveau européen provoquerait une hausse du PIB de plus de 2 %, une hausse de l’investissement privé de 10 % et une baisse de 5 % du taux de chômage dans tous les pays européens.  On verra plus loin que Montebourg n’y croit pas.

il explique que la France dispose d’une épargne record et massive de 3.600 milliards d’euros, et qu’on doit mobiliser de l’investissement privé national et international pour lancer des programmes de construction qui feront travailler le pays et réduiront le nombre de chômeurs ..  Oui, mais comment ? 

Son “mini plan Marshall d’un milliard pour les PME que nous voulons aider à financer dans la modernisation de leur appareil productif” : il manque un ZERO. Nous avons en fait besoin d’une vraie relance écologique. On en est donc loin. Vous me direz qu’il parle de relance européenne… Mais voilà le souci, à la toute fin de son discours il nous le dit “plutôt que d’attendre la relance européenne” en levant les bras…  il n’y croit pas.


Submit a Comment