Voici l’épisode 4 du “Vilain TSCG” au menu sur le FDG, les noniste de “gauche” avec un twiit d’une élue du FDG , le TSCG, la BCE adeptes des viols en réunion, les cons qui utilisent “anti-européens” ,  l’UE en petit comité…  et je dis merci à J-M Ayraut pour son aveu.

episodes précedents :

le vilain TSCG part #1

le vilain TSCG part #2

le vilain TSCG part #3

Le TSCG est le traité “sur la stabilité, coordination et la gouvernance” (TSCG). Il doit donc apporter stabilité. Hein, c’est dans son nom. Je vous ai expliqué plusieurs fois pourquoi j’étais contre ce traité, et qu’en cas de reférendum je ferai campagne pour le non, et voterai non. Pour le plan B, utilisez le moteur de recherche du blog.

Le fait d’être contre ce traité et ce modèle de construction européenne ne veut pas dire que je suis d’accord à 100% avec ceux qui se sont proclamé hérauts (sic) de la lutte contre le TSCG. A ce titre , je me suis un peu frité avec R.Gariddo du PG dans twitter.Elle avait en effet osé me dire ça:

Soit on a que des Ministres de la gauche du Oui, soit que des Ministres de la gauche du Non!

Et bien non, chère madame. Il n’a pas d’uniformité du Non aux traités, et du Non de gauche. Et pas uniquement au niveau des élus, ou des militants. Allez discuter avec des électeurs. Ce n’est pas par ce que 50, 500 twittos hurlent (avec raison) “non” avec le Htag FDG dans twitter que ça marche aussi simplement. Ces gens là ont du mal à rassembler sur des messages, sans haine, sans colère, sans mots agressifs. On assiste avec certains au refus du débat, des échanges. Ils ne sont pas dans la recherche du plus grand dénominateur commun, de l’optimum et se replient sur leur identité jugée pure.

C’est dommage. Mais tous ne sont pas ainsi, loin de là.

 

Passons à la suite, c’est un gros morceau : ce TSCG est en fait inutile. Il va compléter le Traité de Lisbonne violé par la BCE qui a racheté de la dette des états, alors que cela lui est interdit.Et qui plus est, elle viole son mandat qui n’est pas de dicter la politique à suivre pour des états. Son mandat n’est pas politique. Mais hélas, il n’y a pas de dispositif pour juger de ces viols de traités.

Vous voulez un autre viol du traité ? cette fois-ci par la commission européenne. Les oui-ouiste nous l’avaient dit, il y’a des avancées, comme par exemple les initiatives citoyennes européennes. Si quelques millions de gens demandent une chose, la commission devra expliquer ce qu’elle compte faire sur le sujet. Mais elle n’est pas obligée. C’est aussi la commission qui valide les initiatives avant qu’elles ne puissent obtenir les votes des citoyens européens.

Quelques gens de gauche, un peu coco, il faut le dire, se sont dit un jour récent qu’il fallait créer une banque publique européenne axée sur le développement social,écologique et solidaire. Soit l’équivalent européen du projet de BEI français.Ce n’est pas là un projet gauchiste vous en conviendrez, il ne fait que copier au niveau européen le projet de réformistes soc-dem. Pourtant on y trouve des signataires comme Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et président du Parti de la gauche européenne ou Alexis Tsipras,leader de la coalition de gauche grecque Syrisa.

D’après vous qu’a répondu la commission européenne à cette initiative ?

”Après examen approfondi (…) la Commission considère qu’il n’y a pas de base juridique dans les traités qui permette de présenter une proposition établissant un tel organisme”

Circulez il n’y a rien a voir, les peuples n’ont donc pas le droit de demander à l’UE de rajouter des dispositifs.  En langage cru on appelle ça se foutre de la gueule du monde. Et l’aveu simple, toute modification ne peut venir que d’en haut dans un rapport top-down méprisant les électeurs. Si vous voulez savoir à quelle sauce européenne vous aller être mangé, il faut suivre les travaux d’un petit groupe de ministres. Oui, un petit groupe pour 500 millions de citoyens… Ou découvrir que de toutes façons on prépare l’application de l’austérité via des 6-pack et 2-pack : Assemblages de règlements voté par le parlement européen.

Et que nous dit Jean-Marc Ayrault prenant la défense du TSCG ?

il ne pourra y avoir d’autres avancées de l’Europe sans prendre à bras-le-corps la question démocratique.(…) Si l’on veut associer les peuples, il faut que leurs représentants puissent avoir leur mot à dire. C’est indispensable, car on sent bien le décrochage populaire. L’Europe doit porter un projet de société, des perspectives sociales, économiques et environnementales. Cela reste encore à faire.

Voilà qui est bien dit. Un TSCG ? mais non il faut un traité plus large! C’est J-M Ayrault qui le dit.

Mais si les initiatives citoyennes sont refusées dans le domaine économique, doit-on laisser les représentants déléguer leur mandat à des groupes de 5, 10 ou 15 décideurs sans débats publics ni consultation des peuples ?  C’est l’Europe qui a vu naitre la démocratie, et l’Union Européenne qui risque d’inventer une nouvelle forme de démocratie molle: la ploutocracie avec initiatives citoyennes limitées à des sujets plus légers (OGM) pour donner une impression de “consultation“… mais à résultas non garantis.

Petit détail, en écrivant cela des andouilles me qualifieront d’anti-européen. Tout simplement par ce qu’ils pensent que LEUR solution est la seule viable, que tout le reste est anti. Ce sont des imbéciles, des ânes: TINA et ANTI ont les mêmes lettres.  Mais il y a pire âne, ceux qui disent oui, après avoir exprimé des non avec force, n’est-ce pas Monsieur Cohn-Bendit ? Et pire complice de la saloperie que les banksters, leur alliée teutonne toujours prête à ralentir toute régulation des banques.

 

 

 


Facebook Comments (les autres sont + bas)

comments

Powered by Facebook Comments